Suivez nous

  • facebook
  • twitter
  • rss_icon
http://www.umi.ac.ma/wp-content/uploads/2013/01/hedslide_41.jpg
http://www.umi.ac.ma/wp-content/uploads/2013/01/hedslide_31.jpg
http://www.umi.ac.ma/wp-content/uploads/2013/01/hedslide_21.jpg
http://www.umi.ac.ma/wp-content/uploads/2013/01/hedslide_11.jpg

Conférence de Presse de l’UMI

Synthèse de la Conférence de Presse de l’UMI

 

Le président de l’Université Moulay Ismail a présenté devant la presse le bilan de l’année 2013-2014. Lors d’une conférence de presse organisée le 24 juin dernier à l’École Nationale d’Arts & Métiers (ENSAM) de Meknès, Ahmed Lebrihi, président de l’Université a fait savoir que la rentrée universitaire 2013/2014 a vu une augmentation de ces effectifs estudiantine. Le nombre de ces dernier est de 50.243 étudiants alors qu’ils n’étaient que environ  24.000 lors de la rentrée universitaire 2010/2011. L’université continue son développement à travers la construction d’un 9eme établissement à Khénifra. Il s’agit d’une Ecole Supérieure de Technologie (EST). Cette école ouvrira ces portes à la rentrée 2014/2015 contribuant ainsi à élargir l’offre de formation de l’UMI et de contribuer au développement de cette partie de la région.

Concernant l’offre pédagogique, le Président a tenu à préciser que l’Université compte actuellement 143 filières touchant à une multitude de spécialités et varient entre filières fondamentales et filières professionnelles. Afin de rapprocher le contenu des formations des préoccupations du marché et de former des lauréats adaptés au milieu socio professionnel, l’offre en filières professionnalisantes dépasse largement l’offre de filières fondamentales.

La recherche scientifique est une mission fondamentale de l’UMI car qu’il s’agit d’un levier important de développement de l’enseignement supérieur au Maroc et dans le monde ainsi que du développement socioéconomique de notre pays.

Dans ce sens, il a signalé que l’université de Meknès disposait de 134 équipes de recherche scientifique, se répartissant sur19 laboratoires. «Ces équipes opèrent dans plusieurs axes de recherche, comme les géosciences, les mathématiques et l’informatique, les sciences de l’ingénieur, ou encore les sciences juridiques, économiques, humaines et sociales. Les chercheurs de l’Université ont par ailleurs produit, en 2013,337 publications scientifiques indexées assurant une augmentation d’environ 40% par rapport à l’année 2012.  Ils ont également enregistré 50 brevets dont 10 brevets internationaux, occupant dans ce registre le 1er rang des universités publiques marocaines sur les deux années consécutives 2012 et 2013», a-t-il précisé.

Le secteur de la recherche scientifique souffre de plusieurs insuffisances.

«Pour remédier à ces problèmes, nous avons entrepris plusieurs mesures visant à renforcer la bonne gouvernance, à soutenir la recherche par des appels à projets, à acheter du matériel scientifique nécessaire ainsi qu’à soutenir les chercheurs financièrement et en matière de mobilité et de formation continue, ainsi qu’à organiser régulièrement des colloques et des manifestations scientifiques. Nous avons également continué la structuration du potentiel de la recherche en passant de laboratoires vers la création de centres de recherche. En principe d’ici la rentrée deux centres verront le jour. En outre, et afin d’assurer un environnement propice à l’interfaçage de l’université avec l’entreprise, nous avons doté l’Université d’un centre de l’innovation et de transfert technologique (CITT) et d’un incubateur (IBDA3) dans lesquels plusieurs actions de développement avec des entreprises sont en cours actuellement et plusieurs projets d’incubation en vue de la création de start-up innovantes. La collaboration que nous menons avec la partie Belge aboutira à la création d’un incubateur féminin.

Il a également saisi l’occasion pour mettre en lumière l’ouverture de cette institution universitaire sur des universités étrangères à travers des conventions de partenariats et des échanges d’expériences en matière de recherche et d’enseignement. Il a souligné, dans ce sens, que l’UMI est lié à travers 168 conventions de partenariats à des universités européennes, africaines, asiatiques et américaines. «Grâce aux efforts déployés par toutes les équipes de l’Université de Meknès, nous aspirons à la placer au rang des meilleures universités nationales, aussi bien en termes de qualité de l’enseignement, d’offre de formation, que de recherche scientifique et de développement à l’international», a conclu Ahmed Lebrihi.